28 septembre 2013

Tatouages

  Un grand classique dans la série des revues, je le conçois. Mais je saisi l'occasion de revenir de chez le tatoueur pour ajouter ma pierre à l'édifice, de plus en plus de monde se faisant tatouer et se posant des questions.

  Je vous joints également une vidéo en fin d'article.

  ✒Généralités

  Quelques faits qui reviennent fréquemment mais qu'il est toujours utile de rappeler.
  
  Bien, sûr, un tatouage, c'est pour la vie alors réfléchissez bien avant de vous lancer — autant ne pas passer par l'enlèvement au laser, douloureux, coûteux et difficile de cicatrisation chez certaines personnes.
  Réfléchissez d'autant plus que, contrairement à certains états américains, à l'Australie ou à la Nouvelle-Zélande, la France n'est pas une société du tatouage et cela reste encore mal connoté chez certaines catégories sociales. Pensez donc à des emplacements discrets, cachés par un pull ou autre, surtout si vous êtes toujours étudiants ou en recherche d'emploi — histoire de ne pas vous pénaliser face à un employeur.

  La signification. Parce qu'il est préférable que votre tatouage ait du sens pour vous. Bien entendu, ce n'est pas une obligation mais posez-vous au moins cette question : est-ce que je me vois toujours avec à 30-40-50 ans etc. ? Parce que nous avons tous des motifs que nous aimons à un moment M mais qui, trois ou cinq ans plus tard, ne nous plaisent plus.

  Comment choisir son salon ? Outre les critères d'hygiène, choisissez-le au feeling. Bien entendu, la réputation du salon joue, mais vous devez également vous sentir à l'aise avec votre tatoueur, puisque vous pouvez passer plusieurs heures, voir jours en sa compagnie. Pensez également à regarder son travail artistique ! histoire d'être bien sûr qu'il correspond à vos attentes. Question prix, tout dépend. Certains facture à l'heure — attention à ne pas vous faire avoir si votre motif est simple (sans ombrages, sans couleurs, calligraphies simples etc. —, d'autres à l'étendu du travail à fournir. Pour les plus petits, le prix tourne autour de 50€ qui est le prix de base pour le matériel utilisé.

  En ce qui concerne la douleur, qui est la question qui revient le plus, je ne peux rien vous en dire ! Comme vous pourrez le constater si vous faites votre petite enquête : tout dépend de la personne. Si je dois prendre mon exemple, allons-y : je suis une personne extrêmement douillette et pourtant, je supporte assez bien l'aiguille du tatoueur. Pour tout dire, celui qui m'a fait le plus mal fut mon tout premier, au poignet alors qu'en général, les autres ne sentent pas grand chose — je détaillerai le niveau de douleur sur une échelle de trois pour chacun de mes tatouages si vous voulez avoir une idée et comparer avec d'autres personnes (ou vous-même).

  ✒Mon expérience

  Pour entrer encore plus dans les détails et illustrer la partie généralité, je vais donc vous parler de ma propre expérience. Je vais donc vous donner à chaque fois : l'âge, l'emplacement, la signification et le niveau de douleur sur une échelle de trois.

  J'ai fait mon premier tatouage à l'âge de 20 ans, en novembre 2011. Il représente le monogramme de Marie-Antoinette, plus épuré, au poignet gauche. J'ai pensé à me le faire tatouer depuis le lycée et j'ai profité du fait que ma meilleure en veuille un pour me lancer — what a cliché !
  Pour sa signification, vous aurez compris que Marie-Antoinette compte parmi mes souverains favoris, de fait, il renvoie à mon amour pour l'Histoire et donc, par extension, pour la culture, en plus du fait que "MA" figurent aussi mes propres initiales.
  Niveau de douleur : 3/3 — à savoir qu'il a été piqué profondément, d'où la douleur.



  J'ai ensuite récidivé en janvier 2012. Celui-ci est beaucoup plus personnel et représente un triangle bleu avec un "B" à l'intérieur au niveau du cœur, à côté du sein gauche donc (que je vais faire reprendre, ressemblant trop à un "R", n'étant pas mon écriture et ayant marre de l'expliquer. Bref). Je l'ai fait suite à la d'avec mon ex petit-ami. Il représente donc l'importance qu'il a eu pour moi et aussi l'idée de ne pas répéter les mêmes erreurs, comme un leitmotiv. Attention ! ne faites pas comme mon cousin : ne vous tatouez pas le prénom de votre cher(e) et tendre, on ne sait jamais ce qu'il peut arriver et, maintenant qu'ils ne sont plus ensemble, je ne sais pas ce qu'il va en faire — je l'ai fait a posteriori. 
  Pour le détail, excusez la longueur des significations par rapport au triangle (et in extenso, au chiffre trois) et au bleu. Je vais donc passer, histoire de garder son côté "spécial".
  Niveau de douleur : 1/3.



  On passe alors à mes 21 ans et à octobre 2012 avec une calligraphie partant de l'extrémité du dos, au niveau des reins et allant à la naissance de l'aine, sur le côté droit.
  Cette phrase en tagalog (langue majoritaire aux Philippines) : "Kung kaya mong basahin yun, takbo. Bilis." signifie littéralement : "Si tu arrives à lire ça, cours. Vite." Celui-ci se trouve à mi-chemin entre le délire et la signification. Il est surtout ironique, renvoyant à des personnes qui m'auront (ou auront tenté) rendu la vie impossible, tous étant philippins (ou ayant des origines philippines). L'ironie réside dans le fait que ce pays me passionne depuis des années et que j'étudie ses sociétés.
  Niveau de douleur : 1/3.


  Voici donc les plus récents, fait il y a quelques jours. Le premier est la constellation de Cassiopée, sous le sein droit, en blanc d'après une idée du tatoueur qui, au final, me plait assez car c'est encore moins courant et que ça renvoie bien aux représentations classiques de constellations.
  Il renvoie bien évidemment au mythe de Cassiopée — je vous glisse donc un lien pour ne pas trop alourdir cet article qui est déjà assez conséquent () —, un mythe que je reprends à mon compte, nous apprenant à rester modeste afin de ne pas attiser les jalousies ou les colères et ne pas s'attirer d'ennuis. De plus, il s'agit de ma constellation préférée, depuis ce cher Adi et son téléscope virtuel — et les personnes de ma génération doivent connaître ce cousin d'Adibou.
  Niveau de douleur : 1/3.



  Le deuxième, représentent deux cœurs façon Britney Spears, un sur chaque cuisse. Le fait que ce soit sur le modèle de ceux que fait Britney Spears n'a pas de signifiant en soit, j'aime juste ce tracé. Ils n'ont pas vraiment de signification non plus pour tout dire, c'est une simple envie esthétique, sur un modèle simple, classique et discret. Toutefois, le choix des couleurs a plus de sens; le mélange du violet et du rose renvoie à deux sens complémentaires : le renouveau de la vie (rose) et de la mort (violet), les deux étant empreins de mystère. Le fait que ces cœurs soient associés à ces couleurs fondent le "cycle de la vie", d'autant plus qu'ils soient placés à un niveau jugé "érotique". Je ne risque donc pas de les regretter, ne pouvant les voir et, à moins d'une mini jupe ou d'un mini short que je ne porterai sans doute plus à mes 50 ans, ne se voyant pas plus pour le grand public.
  Niveau de douleur : 1,5/3 — le côté droit m'ayant plus titillé que le côté gauche.


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴



∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Avec tout ça, je pense que vous avez de quoi faire ! N'hésitez pas à nous poser vos questions supplémentaires si vous en avez et de nous faire partager votre propre expérience.
  Vous pouvez également voir la vidéo sur le sujet, bien plus rapide.

—xoxo

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire